Norme RT 2020, la nouvelle réglementation thermique dans le bâtiment

Les acteurs du BTP (dessinateur, projeteur, architecte…) ont déjà entendu parler d’elle. Comme son nom l’indique, la norme RT 2020 entrera en vigueur l’année prochaine dans le secteur de la construction. Cette nouvelle réglementation thermique vise à remplacer la norme  RT 2012. L’objectif consiste alors à améliorer les performances énergétiques des nouvelles constructions. Tout ce qu’il faut savoir sur cette norme qui fait office de nouveau standard dans le bâtiment, et ce que cela implique.

Qu’est-ce que la norme RT 2020 ?

D’abord, il est important de savoir que la norme RT 2020 s’applique à toutes les constructions neuves à partir de 2020. Et en ce qui concerne les bâtiments publics, elle est déjà efficience depuis 2018.

Ensuite, l’objectif de cette réglementation thermique repose sur le concept de BEPOS (Bâtiment à énergie positive). Cette notion s’inscrit dans le Plan Bâtiment Durable. Les constructions bâties après 2020 devront alors produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment pour fonctionner.

A noter : la norme RT 2020 succède à celle de 2012 (la RT 2015 ayant été avortée) prévue par le Grenelle de l’environnement, et destinée à diviser par 3 la consommation énergétique des nouvelles constructions.

Les normes précises

Pour que les constructions neuves respectent la norme RT 2020, elles devront se conformer à une réglementation stricte :

  • la consommation de chauffage n’excédera pas 12 kWhep/m²/an ;
  • et la consommation totale d’énergie primaire (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, appareil électrique) ne dépassera pas 100 kWh/m²/an ;
  • enfin, la production d’énergie renouvelable couvrira ou surpassera les besoins énergétiques de la construction.

La maison passive devient positive

Aujourd’hui en termes de construction d’habitat, on parle beaucoup d’écoconstruction ou de biomatériaux. Il y a aussi la maison passive qui produit autant d’énergie qu’elle en consomme.

Or, la maison RT 2020 doit être encore plus performante et dépasser ses besoins énergétiques afin de devenir positive.

Ainsi, elle doit profiter le plus possible des sources d’énergie gratuite et réduire au maximum ses besoins énergétiques. Cela passe par des solutions techniques. Les dessinateurs en bureau d’études ainsi que les architectes ont donc leur rôle à jouer afin que la construction gère l’énergie de manière intelligente. Et il faut aussi compter sur la domotique qui regroupe l’ensemble des techniques de gestion automatisée appliqué à l’habitat en termes de confort, sécurité et communication.

Solutions techniques

Parmi les mesures à mettre en place pour améliorer les performances énergétiques d’une maison pour le toit, les murs, les fenêtres, les vérandas, il y a :

  • suppression des ponts thermiques ;
  • réalisation de façade désolidarisée de la structure de la construction ;
  • isolation efficace ;
  • ventilation performante ;
  • bonne conception bioclimatique;
  • utilisation de panneaux solaires photovoltaïques ;
  • recours à de nombreux procédés novateurs comme la pompe à chaleur, le chauffe-eau thermodynamique, le puits canadien (ou provençal), le récupérateur d’eau de pluie…

A savoir : bâtir une maison positive suivant la norme RT 2020 requiert un surinvestissement de 5 à 10 % par rapport à une construction classique. Cependant, le surcoût se retrouve vite amorti avec les économies liées à la consommation d’énergie.

Besoin d’un prestataire ?

Trouvez rapidement un prestataire pour réaliser les prestations dont vous avez besoin.

C’est gratuit et sans engagement !

Recevoir les articles de Projeteurs.com

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir par email les derniers articles publiés une fois par semaine.
Lorem Donec commodo tristique Praesent diam sem,